Nous vous accompagnons

FedCast - EP 08 : Comment se démarquer en entretien ?

Par Le 21 avril 2022

Il s’agit sans doute de la question que se posent le plus souvent les candidats au moment de se présenter à un poste : à compétences et CV équivalents, comment se démarquer pendant un entretien d’embauche ? Quels sont les éléments à mettre en avant, ceux à éviter, afin de faire la différence et de sortir un peu du lot ? Retrouvez les explications et les conseils des équipes du Groupe Fed pour être sûr de vous démarquer lors d’un entretien.

Comment se démarquer des autres candidats lors d’un entretien ?


Savoir comment se démarquer lors d’un entretien est sans doute la question qui revient le plus et que beaucoup de candidats se posent. La réponse à cette question peut se résumer par un principe qu’évoquait Socrate : « Connais-toi toi-même ».
Avant même de préparer un entretien, la première étape est de prendre du recul sur ses expériences professionnelles et extra-professionnelles. C’est, entre autres, grâce à ce travail en amont, qu’un candidat pourra se démarquer.

Comment se préparer pour l’entretien ?

Pour bien se démarquer en entretien, le maître mot, c’est la préparation. Même s’il est impossible de prédire exactement les questions auxquelles vous serez confronté en entretien d’embauche, certaines reviennent si fréquemment qu’il est nécessaire d’ y réfléchir à l’avance.

En entretien, souvenez-vous que, pour convaincre, il ne faut pas se contenter d’affirmer, il faut aussi justifier ses propos par des exemples concrets. Cela passe notamment par la méthode CAR : expliquer le contexte, parler de vos actions ou réalisations et enfin parler des résultats obtenus.

Préparer ces possibles questions, c’est aussi s’assurer d’être en mesure de formuler des réponses bien argumentées, différentes les unes des autres et, surtout, percutantes le jour J. Le but est, bien-sûr, de maximiser ses chances de réussite.

Et même si ces questions ne sont finalement pas posées lors de l’entretien, le travail de préparation reste incontournable et ne peut être que bénéfique. Comme on le dit souvent : nous n’avons qu’une seule chance de faire une bonne impression. Et c’est exactement ce qu’il se passe lors d’un premier entretien. Le fait d’avoir réfléchi aux éventuelles questions en amont de l’échange vous rendra plus confiant face au recruteur.

Ce travail en amont vous aidera aussi à répondre à d’autres questions auxquelles vous n’auriez pas pensé. Un recruteur verra très facilement la différence entre un candidat qui a travaillé et préparé son entretien et, à l’inverse, quelqu’un qui n’a pas pris ce temps-là.

> À lire aussi : FedCast - EP 07 : Discrimination en entretien : que ne peut-on pas vous demander ?

7 questions pour bien préparer son entretien

Pour vous aider à vous préparer et vous démarquer en entretien, retrouvez 7 questions parmi les plus posées en entretien.

1. « Pouvez-vous me parler de vous ? »

C’est une vraie entrée en matière qui, à première vue, peut paraître simple mais qui déstabilise plus d’un candidat lors d’un entretien d’embauche. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question piège ou particulièrement complexe.

Au contraire, c’est l’occasion d’expliquer brièvement qui vous êtes en évoquant ce que vous avez fait par le passé, ce que vous faites en ce moment et ce que vous souhaiteriez entreprendre par la suite. Préparer cette question vous permettra :

  • d’orienter la discussion vers un terrain où vous êtes le plus à l’aise ;
  • de ne pas vous perdre dans un monologue qui ne serait pas percutant et pertinent pour votre interlocuteur et pour le poste proposé ;
  • ● d’envoyer un message clair au recruteur lorsque vous avez bien sélectionné les expériences dont vous voulez parler et les projets qui vous tiennent à cœur.

2. « Pourquoi vous être présenté à ce poste et dans notre entreprise ? »

Lors d’un entretien d’embauche, le recruteur veut s’assurer qu’il a en face de lui quelqu’un qui sait pourquoi il est là. Cela va lui permettre de distinguer les candidats qui ont postulé « au hasard » de ceux qui sont réellement motivés. La réponse doit faire appel à votre personnalité et à vos envies et doit aussi démontrer votre bonne connaissance de l’entreprise.

Premièrement, c’est le moment de revenir sur ce qui vous a plu dans la fiche de poste. Et c’est aussi une occasion de montrer ce qui vous importe professionnellement : le secteur d’activité, l’environnement de travail, un aspect précis de la mission, l’évolution de carrière, la culture de l’entreprise, etc. Une bonne introspection vous permettra également de vérifier que vos attentes correspondent bien à la réalité du poste.

Deuxièmement, vous devez effectuer des recherches approfondies sur l’entreprise avant l’entretien d’embauche. Sachez que, pour une majorité des recruteurs, ne pas être capable de parler avec justesse de l’activité de la société est un élément rédhibitoire.

Avant l’entretien, vous devez donc vous assurer d’avoir en tête un certain nombre de données sur l’entreprise. Au-delà de la date de création, du résumé de l’activité, des valeurs et des concurrents principaux, intéressez-vous également aux dernières news, comme les grands partenariats, d’éventuels rachats, une nouvelle technologie dévoilée, etc. Le but est de préparer vos questions sur ces différents aspects de l’entreprise.

3. « Pouvez-vous me parler de l’une de vos réussites ou d’un échec ? »

Être capable de parler de ses réussites en entretien, c’est important. Et même si le recruteur ne s’attarde pas sur cette question, la réponse que vous aurez préparée pour l’entretien sera forcément l’occasion de marquer des points.

Mais si vous parlez de vos réussites, à l’inverse, il faut aussi se préparer à parler de ses échecs. Ou en tout cas de réalisations moins réussies. C’est d’ailleurs la réponse à cette question qui va être le plus intéressante pour le recruteur.

Vous exposez la situation qui vous a posé le plus de problèmes : un contexte difficile dans votre ancien poste ou une situation de crise, par exemple. L’idée, c’est de savoir comment vous êtes parvenu à surmonter la situation, savoir si vous avez su faire preuve d’optimisme et de persévérance et que, malgré les difficultés, vous êtes venu à bout d’un vrai challenge.

Ce que va réellement retenir votre interlocuteur, c’est la manière dont vous en parlez. Est-ce que vous en avez tiré des leçons ? Est-ce que vous avez pris du recul sur la situation ? Plus globalement, ça donne des indications sur votre personnalité. Parler de ses obstacles et de ses échecs est bien plus révélateur et intéressant que de parler de ses réussites.

4. « Que mettriez-vous en place en arrivant à ce poste ? »

S’il ne devait y avoir qu’une seule façon de convaincre le recruteur que vous êtes le bon candidat, ce serait indéniablement la projection et la mise en pratique concrète. Vous n’êtes pas encore en poste, et vous êtes déjà capable d’être force de proposition et de suggérer des leviers à actionner une fois embauché ? Vous êtes sûr de marquer des points. C’est comme ça que le recruteur évaluera votre connaissance de l’entreprise, votre motivation et votre capacité à prioriser.

Pour répondre à cette question qui peut sembler délicate, vous devez cerner les exigences du poste et le contexte de l’entreprise. N’hésitez pas à vous projeter avec un mini audit des besoins et à proposer des actions concrètes à mettre en place. Quelles informations iriez-vous chercher ? Dans quel but ? De quoi auriez-vous besoin ?

Et si la question ne vient pas lors de l’entretien d’embauche, n’hésitez pas à prendre les devants.

5. « Pourquoi devrions-nous vous embaucher ? »

Le recruteur vous demande de vous mettre à sa place en lui expliquant pourquoi vous êtes le meilleur candidat pour le poste. Cette question est extrêmement révélatrice de votre capacité à convaincre, de votre confiance en vous et de votre motivation.

La meilleure façon de vous y préparer est de prendre la fiche de poste et comparer les exigences de celle-ci à vos expériences passées réussies, ainsi qu’aux compétences et aux domaines dans lesquels vous excellez au travail. Face au recruteur, en entretien, il faut souligner tous les points sur lesquels votre profil correspond. Insistez sur cette petite chose en plus qui fait que vous sortez du lot.

6. « Quelles sont vos prétentions salariales ? »

L’idée reste surtout de ne pas se laisser prendre au dépourvu. Ne pas préparer cette question avant l’entretien d’embauche, c’est courir le risque, sous l’effet du stress et de la pression, de sous-estimer ce que l’on « mérite ». Voire de dire quelque chose qui causera du tort lors des futures négociations autour de la question de la rémunération. Alors, surtout, ne laissez pas cette question vous prendre par surprise.

Pour vous aider dans la réflexion, il ne faut pas hésiter à demander des avis autour de vous, à des pairs, à des recruteurs, à consulter d’autres offres d’emploi équivalentes ou des barèmes de rémunération. Le fait d’apporter une réponse claire à cette question montre également au recruteur que vous savez ce que vous valez et que vous êtes à l’aise avec cela.

7. « Avez-vous des questions ? »

La fin de l’entretien d’embauche est un moment clé à ne pas rater. Il est impératif de rebondir sur cette fameuse question qui clôt souvent la discussion. Terminer par « Non, je n’ai aucune question, merci » renverra un signal plutôt négatif au recruteur.

Une bonne préparation avant l’entretien vous donnera certainement suffisamment d’informations et leur lot de questions. Mais si vous craignez de sécher, n’hésitez pas à anticiper quelques questions qui montreront votre curiosité. Voici quelques idées :

  • Quels sont les projets de l’entreprise à court terme ?
  • Qu’est ce qui fera la réussite sur le poste ?
  • Qu’est-ce qui vous différencie ?
  • Qu’attendez-vous de votre futur collaborateur ?

Réfléchir à ces sept questions, c’est la garantie de se présenter en entretien d’embauche avec une base vraiment solide et d’aborder beaucoup plus sereinement l’exercice. Mais n’oubliez jamais qu’un entretien de recrutement est avant tout une rencontre et qu’elle se vit à double sens. Si le recruteur a de nombreuses questions pour vous, il y aura également un temps où ce sera à votre tour de poser les vôtres. L’occasion de faire preuve de curiosité, d’illustrer une fois encore votre motivation, votre envie de grandir avec l’entreprise et vous démarquer en posant les bonnes questions.

> À lire aussi : FedCast - EP 06 : Comment négocier son salaire à l’embauche ?

Partager l'article