Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Les raisons d'être optimistes

22 septembre, 2020
Les raisons d'être optimistes

Alexandre Tamagnaud, co-fondateur et dirigeant du Groupe Fed s'exprime dans cet article sur les raisons d'être optimistes face à la crise.  

Le 8 avril dernier, quelques semaines après le début du confinement, je partageais mes convictions et mes décisions de chef d’entreprise pour sortir le mieux possible de cette situation (hallucinante !) où tout a semblé s’arrêter du jour au lendemain.

De fait, pour nous, rien ne s'est arrêté… Nos équipes n’ont pas ralenti, l’immense majorité d'entre elles a bel et bien continué à travailler à 100%, avec de nouveaux outils et en s’adaptant avec brio, à tous les niveaux.

Notre objectif commun : créer les conditions de la reprise et préparer l’avenir. Et l’avenir c’est maintenant !

Je ne vous cache pas que j’ai un peu douté pendant ces longues semaines de confinement. Mais aujourd’hui j’ai une certitude, ne pas avoir utilisé l’activité partielle avec mes équipes opérationnelles a été une très bonne décision pour nos équipes, nos clients, nos nouveaux clients, nos candidats, nos partenaires et pour Fed.

Alors bien sûr, il ne s’agit pas de crier victoire trop tôt ou de s’emballer, la crise sanitaire n’est pas terminée, et ses conséquences économiques bien réelles. Nous pouvons néanmoins tirer un bilan des 6 mois qui viennent de s’écouler, et nous interroger sur les perspectives pour cette fin d’année. Avons-nous eu raison d’être à la fois optimistes et pragmatiques, de continuer à rencontrer nos candidats et nos clients sans faiblir, et de faire confiance à nos équipes sans états d’âme ?

Je pense que la réponse est oui ! Pour commencer, la Banque de France a communiqué récemment une prévision bien moins pessimiste qu'en juin : l'économie française devrait se contracter de 8,7% cette année (contre 10,3% annoncés précédemment) et revenir plus vite que prévu à son niveau d'avant la crise. La Banque de France anticipe ensuite un rebond du PIB de 7,4% en 2021, puis une croissance de 3% en 2022. Du côté des perspectives pour l’emploi, la Banque de France se montre également plus optimiste qu’au printemps : si selon elle environ 800.000 emplois auront été supprimés à la fin de l’année, plus de 700.000 seraient recréés en 2021 et 2022.

Alors bien sûr, la situation reste compliquée, mais j’en suis convaincu, elle est loin d’être désespérée. Les indicateurs de l’intérim, que nous connaissons bien chez Fed, incitent eux aussi à l’optimisme. Après une détérioration brutale pendant l’été (-39% en juin par rapport à juin 2019, et -47,4 % en mai par rapport à mai 2019, selon Prism’Emploi), les courbes du travail temporaire semblent se réorienter plus favorablement. Dans un communiqué de presse du 2 septembre, Prism’emploi table sur une amélioration progressive de la situation : « Les destructions d’emplois, qui avaient atteint 450 000 équivalents temps plein durant le confinement, s’élèvent donc à 225 000 en juillet 2020. Ces tendances confirment le scénario d’une amélioration lente et progressive toujours entravée par la situation sanitaire complexe. »

Enfin, Indeed a publié début septembre ses indicateurs sur les nouvelles annonces d’emploi en France : « Le flux de nouvelles offres d’emploi a été divisé par plus de deux après les mesures de confinement de la troisième semaine de mars. Ce flux est récemment reparti à la hausse et a doublé par rapport au point bas d’avril, s’établissant à un niveau comparable à celui de 2019. » Là aussi, les choses reviennent donc à la normale petit à petit.

Chez Fed, nous envisageons donc la suite comme nous l’avons fait jusque là : nous restons conquérants ! Comment cela se matérialise-t-il ?

- Notre nouveau bureau de Nice a ouvert comme prévu cet été
- Une ouverture à l’international est sur les rails pour la fin d’année (teasing !)
- La création de notre nouvelle offre RPO : Fed Inside
- Nous créons un poste de « Coach qualité et innovation », pour construire avec chacune de nos équipes les projets d’amélioration continue et imaginer les innovations qui vont nous permettre de rester à la pointe dans notre secteur
- Toutes les embauches programmées ont eu lieu dans tous nos bureaux. Et d’ailleurs on continue de recruter, découvrez nos offres par ici

Et pour nos collaborateurs ?

Nous sommes fiers d’avoir réussi pendant les derniers mois à faire vivre l’esprit d’équipe, à dispenser des formations, à innover dans nos pratiques managériales, pour maintenir l’activité et un état d’esprit positif à distance. On ne va pas se le cacher, c’est facile de l’écrire aujourd’hui mais ca été dur pour tous, les équipes, les encadrants, le boss.

Aujourd’hui, le moment est venu de revenir progressivement à la normale.

Je suis convaincu que notre culture d’entreprise et nos performances reposent sur l’émulation, l’échange, et un parcours de formation exigeant. Donc, même si nous avions adopté une petite dose de télétravail depuis quelques années déjà, je privilégie aujourd’hui un retour en présentiel autant que possible. Tout en apportant notre pierre à l’édifice pour désengorger les transports, avec un jour de télétravail par semaine pour tous, soit 20% de déplacements en moins pour nos collaborateurs. Je pense que c’est là un bon équilibre entre le contexte sanitaire, notre culture d’entreprise, notre ambition pour l’activité et l’emploi. Il nous semble également important de soutenir l’activité dans les quartiers où sont implantés nos bureaux : nous n’oublions pas les commerçants qui nous entourent ! Le cercle vertueux de la reprise peut commencer partout ! 

Aujourd’hui, mes équipes et moi-même sommes donc dans un état d’esprit positif.

Les convictions que nous partageons dans le Groupe Fed n’ont jamais eu plus de sens. L’agilité s’impose tous les jours pour s’adapter à un contexte changeant et pour le moins exigeant. L’audace nous a guidés depuis le mois de mars, nous n’avons pas un instant cessé d’entreprendre, de créer, d’avancer. L’engagement de nos équipes et pour nos équipes nous permet d’envisager l’avenir avec sérénité en sachant pouvoir compter les uns sur les autres et en mettant encore plus en avant la méritocratie. Et nous croyons tellement dans l’importance de la qualité de notre service que nous créons un poste qui y sera consacré !

 La fin d’année peut être riche en bonnes surprises, en tout cas, à titre personnel, elle me galvanise même si elle s’annonce sportive.

Soyons tous engagés.

Alexandre Tamagnaud, co-fondateur et dirigeant du Groupe Fed.